La Gazette de la grande ile

CHRONIQUE DE N. RAZAFILAHY: Mauvais casting : Christian Ntsay et Rabary-Njaka Henri

Publié le 20 juin 2018

Le problème de  ce pays ne  se  trouve pas uniquement dans le périmètre du palais d’Iavoloha déjà  suffisamment  souillé par les incartades malsaines  et les activités illégales  de  tous ces  courtisans qui,  derrière le dos  du président de la République se livrent à  tous les péchés mortels dans l’exercice des  fonctions  étatiques. Déjà, rien que pour le choix d’un Premier ministre censé être sorti d’un  consensus (fictif) relevant  tout juste d’une  complicité tactique de la  basse politique. Les ragots  colportent sans  désemparer des  faits fort  compromettants sur les  relations  entre le nouveau Premier ministre et ses  anciens  relations d’affaires du  temps où  ce  dernier était le Directeur Général omnipotent de la société d’Etat Solima.

Des sources ayant  eu  accès à  des  dossiers pas  très honorables  sur des activités commerciales sur les importations de produits pétroliers  et combines sordides sur le favoritisme concernant le groupe GALANA. Elles font  circuler  sous le manteau pour le moment des informations sur des cas d’intervention passibles  de poursuites judiciaires, mais  dans le  temps protégé par l’autorité d’un ministre  appelé Betina Bruno. Il est de  notoriété publique, mais les  détails  sont  rarement à la portée de l’opinion, que les  fonctionnements  des octrois  des marchés publics pour les importations  des  carburants et au  bout  de la chaîne les  répartitions des quotas de  distributions et les  retombées  financières provenant de celles-ci restent  et  demeurent contrôlées par une minorité de  décideurs  étatiques  en  complicité avec des hommes  d’affaires sans  scrupules. En clair, l’actuel Chef de gouvernement risque de  s’empêtrer dans les  casseroles  sordides  des machinations et  acrobaties de trésoreries commerciales pas très nettes  au  détriment des  deniers de l’Etat, mais  au plus  grands profits des partenaires privés qui  encaissent sur le dos de l’Etat des  recettes  faramineuses à la mesure des bénéfices par dizaines  de milliards qui se partagent en  douce  dans la clandestinité. Il semble donc incroyable qu’un technocrate tel que Christian Ntsay ait pu passer à  travers les mailles des contrôles rigoureux des organismes internationaux lors de  son  recrutement avec  un passé aussi lourd de mauvaises actions pour arriver  aux postes  de  responsabilité qu’il avait  occupé  jusqu’à son  arrivée au Palais de Mahazoarivo. Il se  trouve que les  intentions  avouées des sources  qui nous ont montré des  documents assez compromettants ne sont pas  de  se  contenter de confidences  anonymes. On ne serait pas  étonné que  dans les  prochains jours  ces  corbeaux en possession de pièces justificatives, balancent aux médias les  fruits de leurs investigations. Ils  déclarent agir pour ne pas permettre à des truands riches affairistes liés à ce Premier ministre ne  continuent pas  d’amasser l’argent public pour  enrichir des intérêts  privés. Un lecteur a même pris la peine de  sous communiquer  qu’ « Il faut savoir que ce nouveau Pm est le plus épouvantable  individu que Madagascar pouvait espérer … » Et lui de  révéler qu’à  cause des montages financiers douteux sur la création de GALANA avec des millions de  dollars d’origine pas très nette, le DG de SOLIMA ne peut pas prétendre ignorer toutes turpitudes. Il est donc  difficile de  croire que le président Hery Rajaonarimampianina ait fait de très  bons  choix avec Christian Ntsay et Rabary-Njaka Henry en prévision de l’exploitation de nos  richesses minières  et pétrolières. Il faut s’attendre  au pire !

 

Lire aussi