La Gazette de la grande ile

Enfants nés en prison : des êtres oubliés !

Publié le 21 juin 2018

Des enfants naissent encore dans les prisons malgaches car la mère est enceinte à son arrivée en prison. Mais on peut aussi constater une autre situation qui s’avère inconcevable dans le monde carcéral. Des femmes détenues tombent enceintes durant la période de détention. Pourtant, les hommes sont séparés des femmes si l’on s’en tient à l’organisation carcérale actuelle. De même, les pénitenciers qui sont en charge de surveiller les femmes sont aussi en principe de sexe féminin. Cette situation ne peut donc s’expliquer que par une rencontre entre les deux sexes opposés durant la détention. En tout cas, toutes ces situations font que des enfants naissent en prison. Ces enfants, ne pouvant être séparés de leurs mères, sont donc obligés de rester en prison avec elles. Leur détention est tout simplement contraire aux droits de l’homme qui interdisent la privation de la liberté à un être humain. Or ces enfants n’ont fait l’objet d’aucune condamnation judiciaire ni d’une décision de détention préventive. Dans ce dernier cas, les textes malgaches prévoient expressément que les mineurs de moins de 13 ans ne peuvent être détenus ou faire l’objet d’une condamnation pénale. Il est donc urgent de trouver une solution à ce problème. D’autant plus que le milieu carcéral réputé comme insalubre et malsain ne convient sûrement pas à ces enfants, et encore moins à un nouveau-né. L’avenir de ces enfants peut aussi être affecté considérablement s’ils restent dans ce milieu. Ils risquent de n’avoir que des échecs dans leurs parcours scolaire. D’un autre côté, ils ont également besoin de l’affection maternelle. Séparer l’enfant de sa mère l’expose à des risques de manque d’affection qui auront des conséquences sur son développement personnel. Il appartient donc aux autorités compétentes de trouver un juste milieu entre ces deux impératifs. A savoir, la nécessité de garder l’enfant auprès de sa mère pour qu’il bénéficie de toute l’affection utile à son développement, mais aussi l’impératif de lui accorder la liberté et de le laisser se développer dans les meilleures conditions sociales possibles.

Manou R.

Lire aussi