La Gazette de la grande ile

Palais d’Iavoloha : encore un Français suspect !

Publié le 21 juin 2018

Dans l’article à la une du 14 juin dernier,  intitulé « Coopération russo-malgache : inquiétante et à suivre de près », nous avons évoqué le caractère suspect de l’évolution de la coopération russo-malgache. Car une convention signée le 24 mai dernier à Saint-Petersbourg accorde aux Russes des prérogatives un peu trop élargies. Ainsi, on leur confie le soin d’explorer les gisements et d’évaluer les réserves en minerais, et même d’établir une carte minière de l’île. Ne donne-t-on pas aux Russes des coudées un peu trop franches, alors que ce genre d’informations stratégiques relève souvent du secret d’Etat ?

 Nous avions ensuite émis des réserves sur le volet militaire qui comprend  des visites de navires de guerre et d’avions militaires russes, mais aussi la possible installation d’une mission militaire russe au sein de notre ministère de la Défense. Nos inquiétudes ont été accrues par des renseignements sur la personnalité chargée de mettre en œuvre cette coopération, du côté malgache. Il s’agit du Français Gilbert Dailly, individu  présent dans l’île depuis une quarantaine d’années, et dont le nom a été cité dans diverses affaires tonitruantes. L’homme s’est vu attribuer des pouvoirs exorbitants par le président Hery Rajaonarimampianina, car il lui appartient d’examiner les programmes d’investissement des opérateurs russes dans les secteurs prioritaires (agriculture, tourisme, transports, énergies renouvelables, industrie, mines, etc.) et de faciliter leur installation dans l’île

 Là où le bât blesse, c’est que ce personnage, qui bénéficie du titre de conseiller spécial du président de la République, n’est pas net et a même tout l’air d’un individu fumeux. En 2007 par exemple, il s’est dit victime d’une tentative d’assassinat à Madagascar, ce qui a conduit à l’incarcération de Natacha Barday, ex-mannequin. Car les tirs dirigés sur lui auraient été décochés par des sbires de l’époux de la dame, Riaz Barday. C’est que les Barday et Gilbert Dailly ont collaboré dans la création d’un hôtel de luxe à Nosy Iranja et se sont ensuite brouillés. Gilbert Dailly était le gérant de l’établissement et le commissaire aux comptes en était… Hery Rajaonarimampianina. Ce Français est également impliqué dans la mise sur pied d’Ametis, la société privée à laquelle le régime a confié la délivrance des visas  touristiques électroniques. Le but de cette opération étant de permettre au régime de gros prélèvements, pour ses gros bonnets mais aussi pour le financement des élections …

Après la consternante affaire Houcine Arfa, voilà un autre Français qui pourrait défrayer la chronique et nuire gravement à la réputation du pays. Gilbert Bailly, dit-on, a ses entrées au palais d’Iavoloha et accède au bureau présidentiel sans rendez-vous préalable, exactement comme Houcine Arfa.  Hery Rajaonarimampianina accorde un peu trop facilement sa confiance à des Français dont les antécédents ne sont pas clairs, peut-être pour bien disposer la France qui ferait, dit-on, la pluie et le beau temps à Madagascar. Ces Français se livrent ensuite à des agissements qui altèrent l’image du pays et discréditent le palais d’Iavoloha. La proximité du 26 juin attire d’ailleurs l’attention sur un fait : lors du défilé de l’année dernière au stade de Mahamasina, Hery Rajaonarimampianina s’est caché derrière une vitre blindée pour échapper à d’éventuels tirs de Houcine Arfa ou de ses hommes de main.

Voilà à quelles extrémités on en arrive quand on choisit à la légère ses proches. Gilbert Dailly pourrait aussi faire des siennes, mais avec les innombrables bêtises du régime, le public est… blindé.

Adelson RAZAFY

Lire aussi