La Gazette de la grande ile

UNION AFRICAINE: Après Rome, Nouackchott

Publié le 01 juillet 2018

Hery Rajaonarimampianina est attendu demain à Nouackchott ( Mauritanie) où s’ouvre le 31ème sommet de l’Union africaine. L’homme en fait devrait rester au pays en raison des multiples problèmes qui se posent à sa gouvernance (grèves, insécurité, élections…), mais il ne peut s’empêcher de faire le voyage pour un motif simple : ce genre de rassemblement est pour lui l’occasion de sentir au plus haut point son appartenance à la corporation des chefs d’Etat. Il se rend aussi à Nouackchott pour montrer à ses pairs africains qu’il a surmonté victorieusement les épreuves très médiatisées de ces derniers mois, des manifs réclamant son départ à la requête en déchéance initiée par les députés. Il pourrait même préciser qu’il doit son salut à Jean-Eric Rakotoarisoa de la Hcc, histoire d’inciter ses collègues à installer un ami sûr à la tête d’une telle institution… Cerise sur le gâteau, il aura à Nouackchott l’occasion de serrer encore une fois la main d’Emmanuel Macron. Le chef d’Etat français s’y rend en effet pour évoquer devant les présidents africains la lutte antiterroriste au Sahel et la crise migratoire. L’homme réunira lundi ses pairs africains lors d’un déjeuner de gala qui s’annonce convivial. En tout cas, comme on brode de plus en plus sur l’omnipotence de la France dans la désignation des chefs d’Etat dans l’île, Hery Rajaonarimampianina qui ne laisse rien au hasard va à la rencontre d’Emmanuel Macron.

A.R

 

RAJAONARIMAMPIANINA AU VATICAN: Le seul à récupérer…

Hery Rajaonarimampianina fut finalement le seul chef d’Etat (étranger) présent au consistoire pour la création des 14 nouveaux cardinaux, à la basilique Saint-Pierre, au Vatican. Le président malgache a assisté à la cérémonie qui a vu la remise à Mgr Désiré Tsarahazana des insignes de cardinal par le pape François. Les chefs d’Etat des autres pays gratifiés, comme le Pérou, le Pakistan, le Portugal ou le Japon n’ont pas fait le déplacement. L’Italie par exemple a été particulièrement choyée avec l’élévation de trois archevêques italiens au rang de cardinal, mais ni le président de la République Sergio Matarella, ni le Premier ministre Giuseppe Conte n’ont fait le déplacement. Dans la hiérarchie du Vatican peut-être, on se méfie des manœuvres du chef d’Etat malgache qui semble profiter des cérémonies catholiques pour rehausser sa cote auprès des catholiques malgaches, et cela en vue de l’élection présidentielle. Ainsi à son arrivée à Rome, le président Hery Rajaonarimampianina et son épouse ne furent accueillis par aucun officiel du Vatican. Le seul religieux présent dans le comité d’accueil fut … l’archevêque d’Antsiranana, Mgr Benjamin Ramaroson. On rappellera qu’en avril dernier, lors de la messe de béatification de Lucien Botomanovasoa à Vohipeno, Hery Rajaonarimampianina n’eut pas droit au micro et exprima publiquement sa « contrariété ». A l’approche de l’élection présidentielle malgache, le Vatican ne tient probablement pas à interférer dans les affaires intérieures du pays, et prend ses distances vis-à-vis des candidats qui font de la récupération. Notons qu’actuellement, c’est Andry Rajoelina, fidèle de la cathédrale de l’Immaculée Conception d’Andohalo qui passe à tort ou à raison pour le candidat de l’Eglise Catholique Apostolique Romaine. C’est pour lui ravir ce titre, chuchote-t-on, que Hery Rajaonarimampianina ne manque aucune occasion de s’afficher au Vatican…

A.R

Lire aussi