La Gazette de la grande ile

Qui songe réellement au développement de Madagascar ?

Publié le 07 août 2018

Tant que ce projet de loi portant recouvrement des avoirs illicites n’est pas voté au Parlement, tant que nos parlementaires  – très souvent appelés Parler et Menteurs d’ailleurs – adoptent la politique de la chaise vide chaque fois que ce projet passe au Parlement, tout discours sur l’intégrité, sur la lutte contre la corruption et finalement sur le développement de Madagascar restera vain…Dans un tel schéma, croire à ce que  disent les candidats quant au développement du pays et plus particulièrement ceux qui sont présentés ou qui sont issus de partis politiques disposant de parlementaires est juste un saut dans le vide. Comment peut-on penser un seul instant un développement de Madagascar lorsque le but de ceux qui détiennent le pouvoir à quelque niveau qu’ils se trouvent est de détourner l’argent public et d’investir rapidement à l’étranger ; comment peut-on songer au développement de Madagascar lorsque pour un projet de loi d’une telle envergure sur le recouvrement des avoirs illicites, l’attitude des parlementaires ceux soupçonnés d’avoir été corrompus et ceux qui prétendaient œuvrer pour le changement dénotent tout le contraire en boycottant la séance pour que le quorum ne soit pas atteint et que cette loi sur le recouvrement des avoirs illicites ne voit jamais le jour ? Comment expliquer telle attitude ? Soit eux mêmes ont des avoirs illicites et c’est quand même mieux de les avoir à l’étranger plutôt que d’investir à Madagascar où les attitudes de groupes de personnes manipulés en furie sont imprévisibles allant jusqu’à brûler des maisons et des voitures, soit leurs maîtres à penser qu’ils vénèrent ont des avoirs illicites et dans ce cas il faut les protéger vaille que vaille. Il est tout simplement incompréhensible et pire que cela carrément condamnable que les parlementaires actuels qui ont déclaré vouloir le changement n’aient fait aucun effort pour que ce projet de loi sur le recouvrement des avoirs illicites ne soit plus un projet ; il est parfaitement condamnable d’accorder une quelconque confiance en ces personnes ou à ceux que ces derniers considèrent comme étant  leur  » dieu le père  » pour le développement du pays ; et il est d’autant plus condamnable de fermer les yeux sur cette absence de volonté des différents responsables politiques de quelque bord qu’ils puissent se trouver qui chacun à leur manière militent contre le recouvrement des avoirs illicites…ce qui laisse sous entendre qu’ils veulent continuer de privilégier la possibilité d’avoir des avoirs illicites.

Claude Rakelé


Référentiels juridiques nationaux

  • Loi sur le recouvrement des avoirs illicites (en cours d’adoption au niveau du parlement)
  • Loi sur la coopération internationale en matière pénale (en cours d’adoption au niveau du parlement)
  • Décret N°2015-1036 du 30juin 2015 portant création, organisation et fonctionnement du Service de Renseignements Financiers dénommé «Sampandraharaha malagasy iadiana amin’ny famotsiam-bola sy famatsiam-bola ny asa fampihorohoroana» SAMIFIN
  • Instructions CSBF (Commission de Supervision Bancaire et Financière) N°006 2007 relative à la«Prévention et Lutte contre le blanchiment de capitaux et le Financement du Terrorisme» (applicable aux établissements de crédits et financiers)

Lire aussi