La Gazette de la grande ile

Andry Rajoelina à Alatsinainy Bakaro : Un candidat à l’écoute de la population

Publié le 08 août 2018

Le premier meeting de Andry Rajoelina, en tant que candidat à l’élection présidentielle, il l’a tenu à Alatsinainy Bakaro. Une des communes du district d’Andramasina, doublement symbolique parce que d’abord, elle est réputée, à tort ou à raison, être un fief de Marc Ravalomanana et qu’ensuite, Voahangy Rajaonarimampianina, l’épouse du président de la République y est originaire. Un président qui sera probablement candidat à sa propre succession. Donc, un des concurrents du premier candidat déclaré. Ce qui démontre bien les propos de ce dernier lors de ce déplacement selon lesquels il n’a peur d’aucun des autres candidats et qu’il s’aligne à la course pour la gagner. En voilà de l’audace et de la détermination qui manquent cruellement aux autres prétendants à la magistrature suprême. C’est ce qui fait de Andry Rajoelina le jeune leader à succès qu’il est.

« Je vous apporterai des solutions »

En tout cas, Andry Rajoelina a montré avant-hier qu’il est un candidat à l’écoute de la population, celle-là même qui l’a attendu depuis tant d’années. Le maire de la commune, Thomas Razanakoto l’a dit, la visite a été préparée en si peu de temps mais la population a répondu massivement à l’appel. « Nous avons attendu trop longtemps Monsieur le Président, j’avais déposé une demande aux autorités pour réhabiliter la route qui mène jusqu’ici. En trois ans, je n’ai jamais eu de réponses. Nous espérons que vous allez enfin accéder à notre demande » a-t-il clamé.

Le candidat porteur de la vision IEM « Initiative pour l’Emergence de Madagascar » a fait savoir à la foule monstre venue à sa rencontre qu’il a entendu ses préoccupations, « je suis venu ici pour vous écouter et enregistrer vos doléances. Je veux vous dire que je vous apporterai des solutions.  Et surtout que je réaliserai les promesses que je vous ferai ». De quoi rassurer la population d’Alatsinainy Bakaro qui a montré tout son enthousiasme à l’endroit du fondateur de l’IEM, « je lance le défi Monsieur le Président, vous aurez au moins 70% des voix des électeurs d’ici, je peux même vous dire que nous serons parmi les communes où vous obtiendrez le plus de voix » a fièrement parié le maire de la commune rurale. Andry Rajoelina s’est dit conscient des réalités quotidiennes des 27.000 habitants d’Alatsinainy Bakaro, l’agriculture paysanne qui souffre de l’insuffisance d’engrais et de la sécheresse, les routes qui sont quasiment impraticables surtout en période de pluies, les infrastructures qui sont dans un état déplorable. Etonnant d’ailleurs qu’elle soit une des nombreuses communes laissées pour compte durant le mandat de Rajaonarimampianina alors que qu’elle se trouve aux portes d’Antananarivo, sise à seulement 70 km de la capitale, et que son épouse y régnait en maîtresse.

« Tout doit être fait dans l’urgence »

« Nous pouvons être fiers de nos réalisations du temps de la transition, parce que notre pays était en grande difficulté en raison de l’absence des aides extérieures. Mais nous avons construit des routes, de belles infrastructures dans de nombreux domaines et surtout nous nous sommes souciés du volet social de la population en maintenant le taux d’inflation à un niveau acceptable et en parvenant à contenir la dépréciation de notre monnaie nationale » a tenu à rappeler Andry Rajoelina, qui pourra certainement faire cent ou mille fois mieux s’il est à nouveau à la tête du pays après des élections démocratiques. « Les communes et les districts ne seront plus jamais délaissés, nous y apporterons le développement » a tonné le candidat. « Tout doit être fait dans l’urgence, tellement nous avons pris du retard dans notre développement. Nous nous occuperons très vite de la lutte contre les insécurités, de la création d’emplois pour les jeunes mais aussi de l’approvisionnement en eau et en électricité des communes rurales comme celle d’Alatsinainy Bakaro ». Ce sont essentiellement les plus grands problèmes de ses habitants, dont Andry Rajoelina est parfaitement conscient.

Ce dernier n’a pas manqué d’appeler à la vigilance de tous les électeurs, « nous devons être très attentifs à certaines velléités de détourner nos choix. Nous ne leur laisserons pas la chance de nous voler nos voix, parce que nous n’accepterons plus que le pays reste entre les mains des dirigeants égoïstes et dépourvus de patriotisme (…) Le pays a besoin de jeunes comme vous et moi, des jeunes patriotes et audacieux ».

 

 

Lire aussi