La Gazette de la grande ile

France – Madagascar : vers la lutte contre l’insécurité

Publié le 08 août 2018

Une collaboration entre la France et Madagascar pour la lutte contre l’insécurité, notamment les cas de kidnappings, sera envisagée entre la France et Madagascar. C’est le fruit de la rencontre entre le secrétaire d’État en charge de la gendarmerie nationale, le général Jean Christophe Randriamanarina, l’attaché de sécurité intérieure au niveau de l’ambassade de France, le colonel Bertrand Thouvenot et le responsable au niveau du détachement de la gendarmerie de corporation Moramanga, le lieutenant-colonel Didier Broch. La France offrira également des matériels de haut niveau, ainsi que des formations à la gendarmerie nationale malgache. La communauté indienne jouissant de la nationalité française est la cible première des actes de kidnapping à Madagascar. Les ravisseurs ne choisissent plus leurs victimes, et s’en prennent aussi bien aux hommes, qu’aux femmes mais aussi aux enfants. Les premiers cas de kidnapping connus remontent à la fin des années 1990. Une centaine de cas officiels a été recensée depuis 2010, selon le Collectif des Français d’origine indienne de Madagascar (CFOIM), une association de droit malgache qui programme un accompagnement psychologique aux victimes et sert d’intermédiaire entre les familles et les forces de l’ordre malgaches. Leur nombre exact pourrait être en réalité bien plus élevé car beaucoup de familles ne déposent pas plainte. Elles donnent aussi peu d’informations à la police, bien qu’elles soient en contact direct avec les ravisseurs pendant la détention. C’est ainsi que de nombreux cas d’enlèvements, dans les quartiers plus modestes, passent sous les radars. A chaque fois, c’est le même dénouement. La séquestration prend fin lorsqu’il y a paiement d’une rançon.

            Nandrianina

 

Lire aussi