La Gazette de la grande ile

Lutte contre les plantes exotiques envahissantes : La COI appuie les Etats de la région

Publié le 08 août 2018

Le projet Biodiversité de la Commission de l’océan Indien financé par l’Union européenne organise du 8 au 10 août à l’hôtel Tana d’Antananarivo, un atelier sur les espèces exotiques envahissantes à destination des douaniers et officiers chargés des contrôles phytosanitaires aux frontières.

Une espèce est dite exotique et envahissante lorsqu’elle est introduite dans un environnement qui n’était pas le sien initialement, souvent par inadvertance, ou lorsqu’il s’agit d’une espèce indigène d’un environnement particulier qui a proliféré suite à un déséquilibre de l’écosystème. Dans la région, des études préliminaires ont recensé plus de 400 espèces de plantes exotiques envahissantes qui représentent une menace pour les écosystèmes.

Les Comores, la France/Réunion, le Kenya, Maurice,  les Seychelles et Madagascar, en tant que partie de la Convention sur la diversité biologique (CDB), se sont engagées à lutter contre les espèces exotiques envahissantes conformément à l’objectif n°9 d’Aichi stipulant que « D’ici à 2020, les espèces exotiques envahissantes et les voies d’introduction sont identifiées et classées en ordre de priorité, les espèces prioritaires sont contrôlées ou éradiquées et des mesures sont en place pour gérer les voies de pénétration, afin d’empêcher l’introduction et l’établissement de ces espèces ».

              Contexte

En septembre 2017, un atelier régional sur la biosécurité, organisé par le programme Biodiversité de la COI financé par l’Union européenne et réalisé en collaboration avec le projet EpiBio-OI (CIRAD) et le projet Invaz’Iles (IUCN) à La Réunion, avait permis aux experts d’échanger sur la problématique des plantes invasives du Sud-Ouest de l’océan Indien et d’adopter une position commune en matière de lutte au niveau régional.

A l’issue de l’atelier, une charte de bonne conduite a été adoptée. Cela concerne principalement une résolution régionale sur les modalités d’importation et d’exportation des plantes envahissantes ou à risque d’invasion. La charte s’intéresse à l’identification des espèces exotiques et envahissantes ainsi que leurs moyens d’introduction et de propagation. Il est donc nécessaire de pouvoir travailler en amont sur les voies d’introduction des espèces envahissantes par le contrôle aux frontières et d’harmoniser les connaissances sur l’introduction d’espèces invasives.

La présente formation dotera les agents aux frontières (douane, police, phytosanitaire, etc.) des éléments juridiques (régionales et internationales) et environnementaux pour mieux faire face à une importation intentionnelle ou non intentionnelle d’espèces potentiellement envahissantes.

   Quel est l’intérêt

Comprendre et mesurer les risques environnementaux, sanitaires et économiques qu’entraînent les espèces exotiques et envahissantes dans la région du Sud-Ouest de l’océan Indien qui est l’un des 34 points chauds de la biodiversité mondiale

 

 

Lire aussi