La Gazette de la grande ile

Depuis une semaine … : Attaque à outrance contre Rajoelina !

Publié le 08 août 2018

Position particulièrement inconfortable contre Andry Rajoelina ces derniers temps : il est l’objet d’attaques particulièrement virulentes et d’origine tous azimuth. Il est le seul candidat déclaré ou potentiel à être la cible d’une telle opération. Même Marc Ravalomanana, dont la candidature prête aussi le flanc aux critiques, semble être épargné.  Dans un premier temps, on a reproché à Andry Rajoelina ses tournées que l’on a assimilées à une campagne illicite. Comme l’homme draine les foules et a des chances de l’emporter, les assauts se font plus précis et visent les points vitaux de l’ex-chef de la transition. C’est-à-dire que les coups entendent anéantir sa  candidature et l’écarter tout simplement de la course. Surpris certainement par la violence de ces attaques, l’état-major d’Andry Rajoelina fait le dos rond et n’a pas encore réagi. Mais si l’opération perdure, la cellule pourrait sortir de son mutisme et passer à la contre-attaque. Dans ce genre de situation effectivement, il est tactiquement maladroit et même suicidaire de laisser l’initiative à l’adversaire.

Depuis une semaine, l’entité la plus agissante est le Hfi (Mouvement pour la Refondation) qui pointe le doigt sur les crimes et malversations « commis par Andry Rajoelina» du temps où il dirigeait la transition. Une requête a été adressée à la Haute Cour Constitutionnelle (Hcc) aux fins de savoir la juridiction compétente devant laquelle la plainte devrait être déposée. Si un procès est organisé, l’ex-chef de la transition pourrait être condamné et dès lors, sa candidature serait compromise. Signalons que la requête, présentée par Pety Rakotoniaina et Harrison Razafindrakoto, est accompagnée d’un épais dossier qui appuie les diverses accusations portées contre Andry Rajoelina.

Citons aussi l’initiative de Lalandy Andriamitovy du groupement Sff qui demande publiquement l’éviction des personnalités qui ont enfreint la Constitution, qui ont perpétré un putsch ou qui ont appauvri la population. Une rafale dirigée contre Andry Rajoelina, mais aussi Hery Rajaonarimam

pianina et d’autres moins transparents certainement. Cet ingénieur physicien prône l’avènement de « vrais leaders» dont il pense faire  partie. Mentionnons enfin la charge de Sarah  Rabearisoa du parti Parti Libéral Démocrate qui a annoncé hier son entrée en lice. La dame exhorte la Hcc à respecter les termes de l’accord de Cotonou, c’est-à-dire à invalider la candidature de ceux qui ont accédé au pouvoir par des moyens extra-constitutionnels, c’est-à-dire par un coup d’Etat. Elle ajoute une pique qui porte moins à conséquence mais qui ébranlerait les convictions des pro-Rajoelina : sous des dehors brillants et séduisants, l’Iem (Initiative pour l’Emergence de Madagascar) est en fait une coquille vide inapte à assurer le développement de l’île.

Coquille vide ou pas, voici l’objectif de ces attaques sur la popularité en plein essor d’Andry Rajoelina: la tuer dans … l’œuf.

Adelson RAZAFY

 

Lire aussi