La Gazette de la grande ile

Affaire Monja Roindefo: Le Bianco apporte des précisions !

Publié le 09 août 2018

Face aux informations divulguées dans divers média par rapport à l’affaire Monja Roindefo, le Bianco a tenu à apporter quelques explications sur le fait que deux individus de cette institution étaient venus dans le domicile du président du parti Monima le 3 août dernier pour une enquête à propos d’un véhicule de la Primature utilisé par l’ancien Premier Ministre Monja Roindefo. Le BIANCO affirme qu’il n’est en aucun cas un instrument de règlement de compte politique. Il effectue son travail en toute neutralité et spécifie que personne n’est au-dessus de la loi. Concernant en particulier le politicien qui a reçu la visite de deux agents du BIANCO, il s’agit de l’exécution d’une délégation judicaire émanant du Pôle Anti-Corruption (PAC) qui traite actuellement tous les dossiers déjà transmis par le BIANCO à l’ancienne Chaîne Pénale Anti Corruption (CPAC). En effet, cet acte était le fruit de l’étroite collaboration entre le BIANCO et le PAC. Il ne s’agissait nullement d’une perquisition comme certains politiciens l’ont rapporté dans la presse. Il s’agissait plutôt d’une demande de déposition par rapport à un dossier en cours de traitement auprès du PAC et dont le BIANCO a été légalement saisi pour exécuter la délégation judiciaire émanant d’un juge d’instruction. Le problème dans notre pays, c’est que lorsque les politiciens sont dans le collimateur des enquêtes diverses, ils affirment à tort et à travers qu’ils sont victimes d’harcèlements et autres afin d’être vu comme victime. Le Bureau Indépendant Anti-Corruption lance donc un appel fort à tout citoyen de bonne foi de prendre garde à toute manipulation politique et transformation de la réalité pour des visées politico-politiques. Tout le monde doit être égaux au niveau de la loi et ce en toute période, le seul hic vient du fait que les décideurs politiques sont loin d’être du même avis et se croient toujours intouchables, la raison pour laquelle la corruption règne en maître dans la Grande Ile.

J R

Lire aussi