La Gazette de la grande ile

Corruption: Enfin le dossier James Andrianalisoa ?

Publié le 10 août 2018

Avec l’enquête sur Monja Roindefo,  alors Premier ministre, on se demande si la fin du premier mandat de Hery Raonarimampianina sera marquée par une purge pour les besoins de la bonne gouvernance et/ou à des fins électorales. Toujours est-il que le communiqué du BIANCO sur cette affaire laisse entrevoir de gros espoirs quant au traitement de la corruption quel que soit le régime.

Dans son paragraphe 6, le communiqué du BIANCO indique qu’il « tient  à ajouter que dans le cadre du renforcement de la synergie d’action des entités de lutte contre la corruption comme le PAC (pôle anti-corruoption) et le BIANCO, tous les dossiers de corruption seront traités, et le BIANCO tient à apporter son soutien au PAC dans sa volonté d’aller de l’avant en sauvegardant toute son indépendance, seule gage de sa réussite et de son efficacité ».

Par ce communiqué, le BIANCO s’insurge contre tout éventuel trafic d’influence des autorités et s’engage à traiter tous les dossiers qui lui sont remis. Parmi tant d’autres, on cite la plainte déposée contre le DG de l’ACM (aviation civile de Madagascar), James Andrianalisoa. On cite notamment les comptes de sa société parisienne Aero Safety & Environment Consulting dont James Andrianalisoa est le PDG et l’unique salarié. Cette société a été créée depuis 2008 mais depuis la nomination de son propriétaire à la tête de l’ACM en 2014, les comptes de sa société en France ont été déposés sous la clause de confidentialité, c’est-à-dire non accessibles au grand public. Bref, mis au secret, pourquoi ?

Des plaintes ont été déposées au BIANCO et au SAMIFIN depuis 2016 sans aucune suite. L’engagement du BIANCO malgré l’échéance électorale éclairera-t-il enfin la situation ?

Sa

Lire aussi